Ces apostats à la "grande-gueule"

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21935
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Twitter : Paradis d'Allah au milieu des houris
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par yacoub »

Merci Yaoull je connaissais certains.



Avatar du membre
yaoull
Soldat Virtuel 1ere
Soldat Virtuel 1ere
Messages : 79
Enregistré le : mer. 17 févr. 2016 16:35
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par yaoull »

holalala ! je reviens sur ce sujet et je vois que 80% des vidéos listées ont depuis TOUTES était censurés !!! C'est vraiment abusé cette politique..

Bref je venais vous apporter ma dernière découverte, un grand cru !

JEAN-MOULOUD :arrow: youtuber avec toutes les qualités : humour, rigueur, sourcée, sans haine, équilibré, un gros travail de réinformation pédagogique.



Image

Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7078
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par Georges »

Hamed Abdel-Samad : « L’islam est violent à cause de son fondateur »
Publié par Dreuz Info le 12 mai 2019
ISIS ne fait rien de différent que Mohammed et ses successeurs.

Hamed Abdel-Samad, politologue d’origine égyptienne qui a émigré en Allemagne, insiste sur le fait qu’il suffit d’examiner les textes sacrés et le fondateur pour comprendre l’Islam.

Je critique un homme qui est mort depuis 1400 ans. Il était marié à 13 femmes. Il a fait 80 guerres au cours des huit dernières années de sa vie. Il a fait des femmes prisonniers de guerre. Pourquoi une personne éclairée du 21ème siècle ne devrait-elle pas critiquer cet homme ?

L’Etat islamique ne fait rien de différent que Mahomet et ses successeurs, a déclaré Abdel-Samad dans une émission-débat sur la chaîne autrichienne ServusTV.

« Ils ont apporté une idéologie au monde en utilisant des armes et en soumettant les peuples. »

Il explique qu’en tant qu’Égyptien, il « ne serait jamais né musulman si les successeurs de Mahomet ne s’étaient pas comportés comme ISIS ».

« Il en va de même pour le Maroc, l’Iran et, en fait, partout où l’Islam s’est répandu.

Toute l’histoire de l’islam est une histoire de conquête, a-t-il dit.

Ses commentaires ont été traduits et rapportés par le Middle East Media Research Institute (1).

L’expert a également abordé l’accusation selon laquelle « l’islamophobie » est la cause du terrorisme.

De nombreux musulmans de tous les pays musulmans ont rejoint l’ISIS, a-t-il souligné. Le premier groupe venait d’Arabie Saoudite. Je ne pense pas que l’islamophobie existe là-bas. Le deuxième groupe venait de la classe moyenne tunisienne. Il n’y a pas beaucoup d’islamophobie non plus.

Le terrorisme est partout présent dans les pays musulmans

Il n’y a pas un seul pays islamique qui soit dépourvu de terrorisme et d’une radicalisation croissante, dit Abdel-Samad. Dire que la raison principale et unique pour le terrorisme est que ces jeunes sont confrontés à l’islamophobie n’est pas la façon de résoudre le problème.

Abdel-Samad explique que pour résoudre le problème, l’enseignement dans les mosquées qui encourage le jihad violent doit être freiné.

Beaucoup de ceux qui se sont battus pour ISIS retournent dans leur pays d’origine en Europe.

Et puis nous nous réveillons et apprenons que l’un d’entre eux a lancé un camion dans une foule, dit-il.

Ces personnes violentes, a-t-il suggéré, devraient être traduites devant un tribunal international, et [la société devrait] les punir sévèrement.

Abdel-Samad a encore averti que la violence est profondément ancrée dans la culture musulmane.
Conclusion

Présenter le fondateur de l’islam comme un homme de paix devrait choquer les pieux musulmans, car c’est rapporter de lui une image mensongère, donc le diffamer. A l’inverse, ce qu’explique le politologue égyptien est factuellement juste, c’est une vérité qui honore.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : :copyright: Christian Larnet pour Dreuz.info.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21935
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Twitter : Paradis d'Allah au milieu des houris
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par yacoub »

Image

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21935
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Twitter : Paradis d'Allah au milieu des houris
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par yacoub »

Mila ou le retour du blasphème Une lycéenne menacée

Image: capture d'écran Twitter
Parce qu’elle a affirmé crânement sur Instagram « je déteste la religion, le Coran est une religion de haine (…) votre Dieu je lui mets un doigt dans le trou du cul, merci au revoir », une adolescente de Villefontaine (Isère) sort de son anonymat et se retrouve menacée. Au point d’être déscolarisée. Les laïques s’inquiètent et craignent que l’affaire puisse réellement mal tourner. Pas que pour elle. Analyse.

Mila a 16 ans. Et sur les réseaux sociaux, l’ado provocante a simplement dit qu’elle détestait les religions, et plus particulièrement l’islam. Pour cela, elle est depuis harcelée et menacée de mort. Cela ne se passe pas au Pakistan, ni en Arabie saoudite, mais en France, aujourd’hui et maintenant. Et personne ne réagit. Ni la classe politique censée défendre un contrat social dont la liberté d’expression est une des bases, ni les groupes LGBT, pour qui manifestement la défense des homosexuels s’arrête aux portes du blasphème, ni les néo-féministes, qui préfèrent défendre le port du voile. Bref, aucun de ces professionnels de l’indignation n’a pris la défense de cette jeune fille alors que ce qui lui arrive est inacceptable.
Cette jeunesse qui affirme #jenesuispasmila

Qui sont ces personnes qui pensent faire la loi sur le sol de France et décider de qui a le droit de vivre ou non ? Qui sont ces milliers d’individus qui menacent et agressent ceux qui ne pensent pas comme eux ? Qui sont ces gens qui chassent en meute et attaquent en horde ? Plus précisément, quel est le profil de ceux qui ont diffusé son adresse et sont tellement virulents qu’elle a dû être déscolarisée parce qu’elle était en danger ? Nous le donnera-t-on, s’ils sont inquiétés ?

A lire aussi: Du droit de blasphémer à la capitulation sans condition

Il faut bien le dire : ceux qui ont réagi en arguant du blasphème de la jeune femme pour réclamer sa mise à mort sont des personnes se réclamant de l’islam, mais pas uniquement des islamistes patentés ou des militants liés aux frères musulmans ou aux salafistes, non. Comme si nous étions dans un mauvais rêve, c’est toute une jeunesse qui nous révèle tristement à quel point les représentations et la vision politique des extrémistes sont en train d’imprégner en profondeur une partie pas si minoritaire – il faut le craindre – de personnes d’origine arabo-musulmane. L’islamisme progresse : il devient dominant et prescripteur chez les musulmans. Puisqu’elle n’est pas combattue, son emprise ne peut qu’augmenter.

Les pouvoirs publics silencieux

La réaction des pouvoirs publics le prouve. Le silence n’est pas qu’un effet de la gêne ressentie face à de difficiles réalités devant lesquelles on serait désarmé. Non: c’est une façon de refuser d’agir face à l’effroi. Ce qui arrive à Mila contrarie non seulement les représentations de notre gouvernement, mais son idéologie et ses projets.

Ce silence fait penser à celui de l’affaire des viols collectifs de Telford ou de Rotherham. Dans ces affaires de pédophilie et de prostitution commises par des gangs pakistanais en Grande-Bretagne, dont les victimes étaient des filles blanches entre 12 et 15 ans, la dimension religieuse était très forte, les violeurs allant chercher leurs justifications dans le Coran et n’étant point avares de récitations de sourates quand ils violentaient les enfants. Longtemps, il y a eu un refus d’agir. Parce que la figure du pakistanais musulman était une figure de victime, la police et les services sociaux anglais ne faisaient rien. Les agresseurs n’avaient pas le bon profil, ils n’étaient pas des hommes blancs riches et puissants. Par crainte d’être accusé de racisme, des dizaines de très jeunes femmes ont été humiliées, droguées et abusées pendant des années. De telles révélations auraient fait les affaires de l’extrême-droite, pensait-on. Même après avoir été dévoilé, le scandale n’a que très peu été relayé dans la presse.

Ne pas céder à la panique ou occulter un réel trop difficile?

Derrière le silence, il y a cette volonté d’occulter le réel. On essaie de temporiser. On ne veut pas reconnaître qu’en France, aujourd’hui, user de la liberté d’expression est devenu impossible si cela concerne l’islam. Cela vous met tout simplement en danger. La censure n’est plus étatique, comme elle le fut naguère. Ce pouvoir de faire taire est aujourd’hui terroriste et communautariste. Il prospère sur l’abandon. Non seulement le gouvernement baisse les yeux devant ces menaces, mais il renonce aussi à défendre des citoyens intégrés, pour protéger les fous furieux qui utilisent la foi pour attaquer et détruire notre société.

A lire aussi: Frédéric Fromet: humour de fonctionnaires

Et il y a même pire. Les frères musulmans, mouvement islamiste fascisant et violent, naguère proche des nazis, est sur le point de devenir le représentant des musulmans de France par le truchement de l’Association musulmane pour un islam de France (AMIF). L’AMIF, qui doit faire émerger pour Emmanuel Macron un islam de France, est déjà largement entre les mains de la confrérie. L’idée d’islam de France vient d’eux. Ils n’ont jamais caché leurs intentions, pour qui prend la peine de se renseigner. En proposant de financer l’islam par une taxe sur le hallal, le président de la République instaurerait ce qu’il dit vouloir combattre : le communautarisme et le séparatisme. En effet, le hallal permet d’éviter de partager un repas, de faire table commune. Il empêche la première des socialisations, le premier lien, l’échange de nourriture. Alors, on ne partage plus ni la table ni le lit, parce que les purs ne se mélangent pas aux impurs.
Pas d’amalgame?

Éviter la stigmatisation des musulmans est l’excuse traditionnelle invoquée pour justifier l’abandon des victimes de cette violence, qui définit de plus en plus l’expression de l’islam chez nous. Le problème, c’est qu’aujourd’hui on laisse des personnes menacer et harceler par milliers des gens qui ne font qu’user de leur liberté d’expression, et que l’on refuse de traiter l’islam comme la France traita naguère l’Église : par un acte de souveraineté en imposant la loi devant la foi.

En refusant de regarder en face un phénomène ou une idéologie incompatible avec nos modes de vie, nos mœurs, notre culture et nos lois, la peur règne et la censure gagne l’espace public. Le rejet ne pourra que grandir et finira par toucher aussi les personnes arabo-musulmanes qui se battent pour la démocratie, la laïcité, l’égalité, la liberté et qui sont en train de perdre la bataille en Europe, parce que les islamistes trouvent des alliés au plus haut niveau.

Le « pas d’amalgame » est une escroquerie qui sacrifie les musulmans aux islamistes, en prétendant faire l’inverse. On a le sentiment que le « pas d’amalgame » a moins pour effet de protéger les personnes d’origine arabo-musulmane, qu’il ne permet de rendre intouchable les islamistes. Si le nécessaire n’est pas fait par les pouvoirs publics pour faire taire ceux qui menacent Mila sur internet, si des mesures fortes ne sont pas prises contre les islamistes qui rêvent de s’en prendre à elle dans le monde réel, son histoire montrera que l’ordre ne règne plus en France. Si aujourd’hui la jeune adolescente essuie une telle violence, ce n’est pas par hasard : les islamistes sont puissants et prescripteurs. Le blasphème serait-il donc officieusement de retour en France ?

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21935
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Twitter : Paradis d'Allah au milieu des houris
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par yacoub »

Mila, le délit de blasphème et la démission de la gauche par Valérie Toranian

Jan 27, 2020 10 commentaires

Il y a des pays où les gens meurent parce qu’ils luttent contre les lois blasphématoires scélérates qui peuvent envoyer à la mort n’importe qui sur simple dénonciation. Au Pakistan, pays régi par une charia fondamentaliste qui punit de mort le blasphème, des juges, parfois, s’élèvent avec courage contre l’arbitraire et tentent de s’opposer à l’hystérie fondamentaliste. En France, pays de la Déclaration des droits de l’homme et de la loi de 1881, qui sacralise le respect de la liberté d’expression et le droit de critiquer la religion et les idéologies, certains, au sein de la justice, au nom d’un antiracisme dévoyé, sont en train de réintroduire tranquillement le crime de blasphème.

Au Pakistan, en 2018, dans l’affaire Asia Bibi, la Cour suprême a tenu bon : malgré une rue islamiste fondamentaliste déchaînée, elle avait finalement jugé que la jeune chrétienne, condamnée à la peine de mort pour blasphème en 2010, devait être acquittée. Pas au nom de la liberté d’expression puisque dans le droit pakistanais, le blasphème antimusulman est puni de la peine de mort. Mais parce que le dossier était tellement mince (la chrétienne aurait « souillé » le puits des musulmanes en y puisant un verre d’eau) que les juges ont dû classer l’affaire.
Réintroduction du délit de blasphème

Au Pakistan, défendre Asia Bibi peut vous coûter la vie. Dénoncer la loi anti-blasphème également. En 2011, le gouverneur de la région du Pendjab, Salman Taseer, avait été tué par son propre garde du corps pour avoir déclaré que « les lois du blasphème dans notre pays, c’est la loi de la jungle ». Ce garde du corps, jugé et condamné à mort, est devenu un martyr pour les fondamentalistes pakistanais. À l’appel du parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan, TLP, (dont la doctrine prend sa source dans le soufisme, censé être le « courant pacifique » de l’islam…), des manifestations monstres ont paralysé le Pakistan pour protester contre l’acquittement d’Asia Bibi. L’influence du TLP, parti violent et radical qui appelle à l’assassinat des juges, ne cesse de grandir au sein de la population. Le 17 janvier 2020, le tribunal a très sévèrement sanctionné en première instance (55 années de prison chacun), 86 militants du TLP accusés de violences : le gouvernement redoute clairement une nouvelle guerre civile menée au nom de la surenchère islamiste.

Au même moment en France, la justice est en train de remettre en question la liberté d’expression et de réintroduire le délit de blasphème. Le parquet de Vienne, en Isère, a décidé d’ouvrir une enquête pour « incitation à la haine raciale » contre Mila, adolescente de 16 ans, cible d’insultes, d’intimidation et de menaces de mort pour avoir osé critiquer la religion en général et l’islam en particulier. Sur son compte Instagram consacré à sa passion pour le chant, Mila, dans un live avec ses abonnés le 19 janvier, avait évoqué ses préférences sexuelles (elle est ouvertement lesbienne), avait écrit : « moi aussi, les rebeus c’est pas mon style » et avait éconduit un dragueur lourd, qui ne l’avait pas supporté. Mila avait alors reçu une première vague d’insultes (« salope », « sale française », « sale gouine », « chiennasse », « inch’Allah tu meurs sale pute que tu es ».)
Mila, pour des raisons de sécurité, ne se rend plus à son lycée

Mila avait plus tard attaqué la religion en général. Le ton était monté d’un cran, les insultes aussi, notamment de la part d’individus se réclamant de l’islam. (« Pétasse, d’où tu dis ça notre dieu Allah c’est le seul et l’unique, j’espère tu vas brûler en enfer ») Mila avait clôturé la discussion par un message vidéo. « Je déteste la religion, […] le Coran il n’y a que de la haine là-dedans, l’islam c’est de la merde, c’est ce que je pense. […] Votre religion, c’est de la merde, votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul, merci, au revoir. »

Dans un deuxième temps, ses propos vont être tronqués, sortis de leur contexte et relayés sur les réseaux sociaux, déclenchant une déferlante d’insultes et de menaces physiques. Avec appel au meurtre et divulgation d’informations personnelles. Depuis Mila, pour des raisons de sécurité, ne se rend plus à son lycée.

« C’est le retour du délit de blasphème, institutionnalisé par un parquet apeuré, soucieux de ne pas avoir l’air raciste. »

On peut certes déplorer le vocabulaire de Mila, outrancier et maladroit pour le moins, cependant le plus choquant dans cette affaire n’est pas la violence et la vulgarité générales mais la réaction du parquet de Vienne, qui représente l’État rappelons-le. Certes, il a ouvert une enquête pour « menaces de mort » après la plainte déposée par Mila, mais il en a surtout déposé une seconde pour « incitation à la haine raciale » contre la lycéenne qui a proféré des insultes envers la religion.
Un cadeau inespéré pour les islamistes

Dire « merde » à Dieu (ce qu’on a le droit de faire en France, merci Voltaire) serait donc désormais punissable ? On ne pourrait plus critiquer une religion sans prendre le risque d’être poursuivi par la loi ? C’est le retour du délit de blasphème, institutionnalisé par un parquet apeuré, soucieux de ne pas avoir l’air raciste. L’objectivité à la télévision, disait le grinçant cinéaste Jean-Luc Godard, c’est cinq minutes pour les juifs, cinq minutes pour les nazis. L’équilibre de la justice désormais c’est poursuivre ceux qui veulent tuer les « blasphémateurs » mais poursuivre aussi les « blasphémateurs » pour haine raciale. Comme si le blasphème pouvait être de nouveau questionné. Les temps ont changé. Désormais, tout est affaire de « point de vue ». Le relativisme triomphe. Et la justice ne veut pas « prendre parti ».

« C’est un peu comme avec les dessinateurs de Charlie : après tout, ils l’avaient bien cherché, à force de caricaturer le Prophète… »

Un cadeau inespéré pour les islamistes qui veulent depuis des années faire valoir le crime d’islamophobie en France. D’ailleurs Abdallah Zekri, délégué du Conseil français du culte musulman censé représenter un islam de tradition, a pris position dans une interview sur Sud Radio, d’une manière que n’auraient pas désavouée ses « rivaux » islamistes. « Je dis que cette fille, elle sait très bien ce qu’elle fait, a notamment déclaré celui qui dirige également l’Observatoire national contre l’islamophobie. Qui sème le vent récolte la tempête. » C’est un peu comme avec les dessinateurs de Charlie : après tout, ils l’avaient bien cherché, à force de caricaturer le Prophète…

Dans le droit français, le délit de blasphème n’existe pas. Les critiques, y compris les plus dures, portées au sujet d’une croyance relèvent de la liberté d’expression, consacrée par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et traduite dans la loi du 21 juillet 1881 sur la liberté de la presse.
Un risque réel

La loi Pleven, relative à la lutte contre le racisme, a prolongé celle de 1881 en instaurant les délits « d’injure, de diffamation et de provocation à la haine, à la violence ou à la discrimination en raison de l’appartenance ou de la non-appartenance à une race, une ethnie, une nation ou une religion ». Il est possible, en France, de s’en prendre à un culte, mais interdit d’insulter ses adeptes. « L’islam est une religion de merde » ou bien « Jésus est un pédé » (en référence à la chanson de l’humoriste Frédéric Fromet sur France Inter le 10 janvier dernier) ne sont pas punis par la loi. « Sale arabe », « sale juif », « sale musulman », « sale chrétien » sont punis par la loi. Insulter une religion ce n’est pas être raciste, comme le prétendent les islamistes qui hurlent à l’islamophobie.

« Le risque est réel de voir arriver, de façon tout à fait légale, un délit d’offense, qui, dans les faits, reviendrait à réinstaurer un délit de blasphème. D’autant que les voix républicaines pour s’y opposer sont rares. »

Certains juristes pointent cependant la frontière extrêmement fine entre l’offense à la religion et l’offense aux croyants, et s’inquiètent de la façon dont des associations pourraient « retourner » le droit en mettant en avant le respect de la sensibilité d’autrui et le principe de « blessure » personnelle, éléments de plus en plus pris en compte dans les procédures. Ils n’ont pas tort. Le risque est réel de voir arriver, de façon tout à fait légale, un délit d’offense, qui, dans les faits, reviendrait à réinstaurer un délit de blasphème. D’autant que les voix républicaines pour s’y opposer sont rares.
Où sont nos consciences de gauches ? Aux abonnés absents

Que dit la gauche, cette gauche qui s’est battue depuis des siècles pour la liberté d’expression, contre la mainmise de la religion, pour la laïcité, pour le droit des homosexuels ? Rien ou si peu. À part le Printemps républicain, par la voix d’Amine el-Khatmi, son président, et de Laurent Bouvet, qui ont immédiatement pointé ce retour à peine masqué du délit de blasphème ; à part les courageuses militantes républicaines à la pointe du combat anti-islamiste, Fatiha Boudjahlat et Zineb Rhazoui, entre autres, où sont nos consciences de gauche ? Aux abonnés absents.

Terrassées par la peur du délit imaginaire d’islamophobie ? Incapables de défendre leur héritage de liberté ? Trop occupées, comme la France insoumise, à séduire un électorat musulman qu’il ne faudrait pas contrarier surtout à quelques semaines des élections municipales ? Comme si les Français musulmans étaient tous devenus islamistes et revendiquaient le retour du délit de blasphème ! Quelle pitoyable et misérable essentialisation.

« Il y a la France où la lâcheté des “forces de progrès” est accablante ; où on remet en question nos principes pour faire plaisir à des islamistes, où les néo-féministes et les associations LGBT ne défendent pas Mila, victime d’insultes homophobes, parce qu’elle a eu le tort de critiquer l’islam. »

Il y a des pays où on rêve d’adopter les lois de la France, cette République qui protège la liberté de conscience, la liberté de croire et de ne pas croire, qui autorise la critique des religions. Qui permet à des lesbiennes de vivre librement leur sexualité. Il y a des pays où des militants, des démocrates, des juges, des homosexuels se font emprisonner ou assassiner. Et puis il y a la France où la lâcheté des « forces de progrès » est accablante ; où on remet en question nos principes pour faire plaisir à des islamistes, où les néo-féministes et les associations LGBT ne défendent pas Mila, victime d’insultes homophobes, parce qu’elle a eu le tort de critiquer l’islam. La gauche, après avoir laissé tomber le peuple, laisse tomber les principes et ouvre un boulevard au Rassemblement national, première force politique, hélas, à avoir soutenu Mila dans son droit irrespectueux à critiquer la religion.

Et cette démission est une honte.

kino
Soldat Virtuel 2eme
Soldat Virtuel 2eme
Messages : 32
Enregistré le : mer. 14 mars 2018 13:51
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par kino »

Intéressant topic, merci pour la découverte de nouvelles chaine youtube.
Dommage l'islam en français n'est plus.
Ses vidéos étaient extraordinaires, j'aimerais bien les retrouver.
Si quelqu'un les a, je les récupère avec grand plaisir.

Sinon je trouve dommage que ce sujet est pollué par le copié/collé d'articles à rallonge, personne ne lit les pavés.
ça serait bien de rendre ce forum plus attractif et plus digeste car il a un énorme potentiel...

Avatar du membre
marmhonie
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 874
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par marmhonie »

kino a écrit :
mar. 4 févr. 2020 12:06
Intéressant topic, merci pour la découverte de nouvelles chaine youtube.
Dommage l'islam en français n'est plus.
Ses vidéos étaient extraordinaires, j'aimerais bien les retrouver.
Si quelqu'un les a, je les récupère avec grand plaisir.
Nous sauvegardons au moins les textes qui disparaissent aussi, en espérant que le plus d'inscrits possibles sauvegardent ces vidéos qui disparaissent des hébergeurs.
kino a écrit :
mar. 4 févr. 2020 12:06
Sinon je trouve dommage que ce sujet est pollué par le copié/collé d'articles à rallonge, personne ne lit les pavés.
ça serait bien de rendre ce forum plus attractif et plus digeste car il a un énorme potentiel...
Cher Kino,
Il y a une contradiction dans votre message. D'un côté, vous êtes nostalgique de vidéos disparues, donc chez Youtube qui n'a aucune politique d'hébergement. C'est le groupe américain Alphabet dont Google, Chrome, YouTube, Google Maps, etc. font parties. Leur politique est de faire le maximum d'argent sans aucun état d'âme. On ne respecte rien, ni Copyright, ni vie privée. A vous de porter plainte. Et les islamistes ont beaucoup d'argent pour se scandaliser. Les vidéos disparaissent donc.
Les textes aussi, surtout par manque d'espace d'hébergement.

Si donc vous vous plaignez de ces longs "pavés", ils sont une mémoire exceptionnelle ! Tout est ici. Nous sommes dans un désert hypocrite où le plus fort gagnera, selon la loi de l'Histoire qui s'écrit par les vainqueurs. Les vidéos sont sauvegardées par quelques uns, en attendant de trouver un hébergeur courageux qui les prend.

Si vous ne participez pas, ne venez pas vous plaindre. Vous laissez faire en regrettant. Nous, nous ne laissons pas faire au respect de la loi.
A vous lire aussi.
Image
(on clique sur la signature)

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21935
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Twitter : Paradis d'Allah au milieu des houris
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par yacoub »

:super: Marmhonie

Image

kino
Soldat Virtuel 2eme
Soldat Virtuel 2eme
Messages : 32
Enregistré le : mer. 14 mars 2018 13:51
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par kino »

marmhonie a écrit :
mer. 5 févr. 2020 09:02
kino a écrit :
mar. 4 févr. 2020 12:06
Intéressant topic, merci pour la découverte de nouvelles chaine youtube.
Dommage l'islam en français n'est plus.
Ses vidéos étaient extraordinaires, j'aimerais bien les retrouver.
Si quelqu'un les a, je les récupère avec grand plaisir.
Nous sauvegardons au moins les textes qui disparaissent aussi, en espérant que le plus d'inscrits possibles sauvegardent ces vidéos qui disparaissent des hébergeurs.
kino a écrit :
mar. 4 févr. 2020 12:06
Sinon je trouve dommage que ce sujet est pollué par le copié/collé d'articles à rallonge, personne ne lit les pavés.
ça serait bien de rendre ce forum plus attractif et plus digeste car il a un énorme potentiel...
Cher Kino,
Il y a une contradiction dans votre message. D'un côté, vous êtes nostalgique de vidéos disparues, donc chez Youtube qui n'a aucune politique d'hébergement. C'est le groupe américain Alphabet dont Google, Chrome, YouTube, Google Maps, etc. font parties. Leur politique est de faire le maximum d'argent sans aucun état d'âme. On ne respecte rien, ni Copyright, ni vie privée. A vous de porter plainte. Et les islamistes ont beaucoup d'argent pour se scandaliser. Les vidéos disparaissent donc.
Les textes aussi, surtout par manque d'espace d'hébergement.

Si donc vous vous plaignez de ces longs "pavés", ils sont une mémoire exceptionnelle ! Tout est ici. Nous sommes dans un désert hypocrite où le plus fort gagnera, selon la loi de l'Histoire qui s'écrit par les vainqueurs. Les vidéos sont sauvegardées par quelques uns, en attendant de trouver un hébergeur courageux qui les prend.

Si vous ne participez pas, ne venez pas vous plaindre. Vous laissez faire en regrettant. Nous, nous ne laissons pas faire au respect de la loi.
A vous lire aussi.
Je ne critique pas votre travail de sauvegarde qui est louable.

Le soucis c'est la lisibilité, l'ergonomie voir même le design de ce site qui a plus de 15 ans et qui se meurt lentement.

Mis à part quelques rares personnes qui se comptent sur les doigts d'une main personne ne reste plus que quelques jours sur ce forum.
Souvent ils viennent se présenter, postent quelques messages et s'en vont...
Et c'est très regrettable car comme je l'ai dit ce forum a un potentiel monstrueux.

Par exemple juste un peu d'organisation rendrait ce forum un peu plus digeste, un topic pour les vidéos, un autre pour les articles de presse, moins de catégories et de sous forum, centraliser certains sujets etc...

Et pour info j'ai déjà participé à plusieurs sujets sur ce forum dont des critiques sur l'islam que vous ne verrez nul part ailleurs, chacun son domaine de prédilection...

Je suis juste dans une perspective d'amélioration continue lorsque vous, êtes encore bloqué dans le passé.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21935
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Twitter : Paradis d'Allah au milieu des houris
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Ces apostats à la "grande-gueule"

Message non lu par yacoub »

kino a écrit :
mar. 4 févr. 2020 12:06
Sinon je trouve dommage que ce sujet est pollué par le copié/collé d'articles à rallonge, personne ne lit les pavés.
ça serait bien de rendre ce forum plus attractif et plus digeste car il a un énorme potentiel...
Moi je lis les gros pavés anti islam et je fais en profiter les gens comme moi qui aiment être mis au Coran

Répondre